Gesta, la suite

3ème jour

Il sera sage, calme, pour ne pas compromettre le travail accompli. L'organisme rénové réclame de la douceur
Petit déjeuner : 0,5 litre d'eau au réveil. Puis un pamplemousse pressé, quinze minutes avant le cacao au miel, ou plus tard dans la matinée. . Dans la matinée : 1 litre d'eau, de préférence réparti, mais pas plus de 0,5 litre à la fois.
Déjeuner : un repas lacté, c'est-à-dire 250 g de fromage blanc à 0 % de matières grasses mélangés à un yaourt entier avec du miel. Ce repas lacté est pratique, il est vite préparé, et valable en toute saison. Il permet de se sustenter puis de se détendre dans le court laps de temps que laisse la coupure de midi. Il représent l'équivalent d'un repas complet avec viande (protéines), fromage (calcium) et dessert (glucides), sans les inconvénients d'une digestion compliquée. Il recèle, sous une forme hautement concentrée et rapidement assimilable, une très grande richesse énergétique grâce au miel, ainsi que du calcium, des vitamines et des sels minéraux. De quoi avoir la forme, marcher, faire du sport, jouer ou chanter une soirée sur scène, travailler un après-midi entier. Je préfère ce repas à toute préparation pharmaceutique, même lactée. Et par philosophie, je prône les aliments identifiables. Pendant la cure de dix jours, on gardera le fromage blanc à 0 %, mais le yaourt sera de préférence entier : le ferment ajouté le rendant parfaitement digeste et fixant mieux le calcium. Je conseille un repas lacté après chaque écart sévère. Il régule, rééquilibre l'organisme et autorise un repas plus collectif ou social, moins contrôlé au restaurant ou chez des amis. C'est un filet de sécurité dont on a ressenti l'efficacité pendant la cure. Il ne faut pas qu'il devienne une pénitence ou l'équivalent d'un médicament réparateur. Quand on a appris à s'écouter, que les kilos revendicateurs sont partis, que l'estomac ne se laisse plus distendre, on peut, en fonction d'une agréable opportunité, d'un besoin ponctuel de l'organisme (climat ou effort inhabituel), l'oublier et le remplacer par un repas différent.. A 15 heures , une compote (environ le contenu d'un petit bol chinois, soit la valeur de deux pommes moyennes) ou un fruit sec (abricot ou pruneau) renouvelé toutes les heures, longuement gardé en bouche. Entre 17 h et 19 h : un hydromel
Au dîner : 200 g de viande blanche ou de poisson, accompagnés de 300 g de légumes cuits (ne pas oublier les 2 cuillerées à soupe d'huile). La cuisson des légumes : ils peuvent être cuits à l'eau, bien sûr, mais aussi à l'étouffée ou à la vapeur, ce qui conserve mieux les principes aromatiques et nutritifs. Si l'on utilise un autocuiseur, à condition de respecter les temps de cuisson, ni la saveur ni la valeur des aliments ne sont altérées. Les vitamines sont mieux préservées : elles résistent mieux à une température élevée pendant un temps court qu'à une température plus basse pendant une longue durée.
Au coucher , un yaourt au miel.

4ème jour au 7ème jour

La vie a repris son cours, avec ses habitudes et ses impératifs. Remettre un organisme en état nécessite de pallier ses habitudes anciennes, donc forcément de modifier sa vie. Il y a de quoi être effrayé ! Les découvertes et les changements intervenus sur la balance et dans le corps nous bouleversent également, dans le bon sens du terme. mais l'instrument est désormais réaccordé. Le but des jours suivants est d'en jouer en évitant les couacs et la cacophonie. Pour cela, il faut continuer à fournir à l'organisme des éléments nécessaires mais faciles à digérer. L'hypothalamus continuera à enregistrer les nouvelles données et apportera de plus en plus d'informations satisfaisantes.
Chaque jour vous alternerez : . un repas lacté . un repas social, à base de protéines, de viande blanche ou de poisson, que vous consommerez avec 300 g de légumes cuits et deux cuillerées à soupe d'huile d'olive. Au dessert, un fruit en compote ou un yaourt entier. A vous de choisir si vous prenez le repas lacté au déjeuner ou au dîner. A midi, cela semble judicieux. On peut l'emporter partout et on se réserve le repas social pour le dîner qu'on partage avec sa famille ou des amis. Le contraire serait idéal, car mieux vaut dîner léger le soir. mais notre organisation sociale ne s'y prête guère. On peut toutefois manger une nourriture délicate, délicieuse et digeste au souper sans compromettre la qualité du sommeil.

8ème au 9ème jour

Encore deux jours d'élimination Le premier week-end d'élimination a déclenché le processus, un deuxième week-end en tous points semblables au premier est nécessaire, pour affirmer et conforter les résultats. Courage...

Dixième jour

L'étape des dix jours se termine. Vous voilà démazouté. Comme le troisième jour, vous prendrez un repas lacté à midi. N'ayant invité que des aliments amis, triés sur le volet, vous avez évacué les déchets qui vous encrassaient, vous encombraient parce que votre organisme ne pouvait plus faire son travail. Du coup, vous éprouvez des sensations physiologiques confortables ; vous vous sentez plus léger, plus mobile, plus détendu. Vous respirez mieux, du fait de votre estomac moins surchargé. Vos cellules ayant été nettoyées et réhydratées, votre teint est plus éclatant, votre peau plus belle. La diététique a ceci de merveilleux que beauté, minceur et énergie résultent de la même équation alimentaire. C'est un bonheur depuis tant d'années, de voir la différence éclatante de la mine avant et après cette cure, surtout celle des nombreux comédiens et comédiennes qui l'ont pratiquée. Au bout des 10 Jours, si vous aviez du poids à perdre, entre 3 et 5 Kilos sont partis. Ce n'est ni anormal ni brutal ; grâce aux aliments parfaitement sains qui stimulent les fonctions, vous avez éliminé vos toxines. Les muscles et la chair respirent. l'eau est à sa place, la circulation favorisée.

S'il reste des kilos

Si, après dix jours, il vous reste des kilos à perdre, vous procéderez par petites étapes de sagesse, par des diètes régulières. Vous maigrirez chaque fois un peu. Le corps s'en réjouira, mais pour que métabolisme et cerveau enregistrent votre nouveau poids, les deux ou trois jours suivants, vous vous alimenterez sagement : comme pendant la cure des dix jours. Vous perdrez ainsi, chaque fois, 2 à 3 kilos. Vous reviendrez ensuite dans le circuit normal, vous serez plus convivial, tout en restant très attentif, en respectant les principes de stabilisation que j'indique plus loin. Vous agirez ainsi jusqu'au moment où vous atteindrez le poids qui vous convient et vous permet, à un ou deux kilos près, de manger de tout, sans être astreint en permanence à des privations excessives.