Cure de raisins

Pour un nettoyage, à la fois du corps et de l'esprit, particulièrement au printemps ou à l'automne, mais aussi en toute saison.

La cure de raisins (aussi appelée cure uvale) fait partie des monodiètes, qui consistent à ne s'alimenter que d'un seul type d'aliment au cours d'un repas ou pendant une ou plusieurs journées. En général, les monodiètes se composent de végétaux : des fruits, des légumes ou des céréales. Les cures saisonnières et les monodiètes offrent l'équivalent des bénéfices que pourrait apporter le jeûne, mais très... en douceur! Préventives et curatives, elles s'adressent à la majorité des gens. Toutefois, en cas de difficulté de pratique ou de réaction difficile à gérer, on doit impérativement consulter un médecin.

Pourquoi suivre une monodiète?

Du fait de l'abondance de nourriture, souvent trop riche, et du manque d'exercice physique quotidien, notre corps stocke, sous forme de graisses, les calories en trop qu'il n'arrive pas à brûler. De plus, à cause de cet encrassement, il lui devient impossible de régénérer ses cellules de façon efficace, et d'éliminer les toxines emmagasinées issues de la pollution, des additifs alimentaires, du stress...

Tout cela pèse sur nous, nous rend plus facilement malades, fatigués, en sous-vitalité. Aussi, il paraît judicieux de réintroduire volontairement un temps de réduction calorique qui permet à l'organisme de brûler les réserves de graisse, de renouveler les cellules, et d'éliminer les toxines.

Dans l'ordre, le corps élimine d'abord tout ce qui lui pèse, puis ce dont il n'a pas besoin, puis ce qui le dérange et enfin tout ce qui le rend malade. C'est une cure de rajeunissement pour tout notre corps.

L'intérêt des cures saisonnières

La mise au repos du système digestif, car les végétaux consommés en monodiète ne demandent aucun effort de digestion.

Une économie d'énergie nerveuse, glandulaire et mécanique. Il faut en effet savoir que notre corps utilise jusqu'à un tiers de son énergie pour la digestion quotidienne des repas. Lorsque ceux-ci sont réduits à un seul type d'aliment, très pauvre en protéines en plus, le travail est moindre pour le corps.

L'assainissement du bol alimentaire, car les végétaux, très riches en fibres et en sels minéraux, ont un effet nettoyant et drainant pour le tube digestif.

Le soulagement des fonctions hépatiques et rénales, car ces cures sont pauvres en graisses, en protéines et en sels; de plus, par leur richesse en fibres, elles facilitent l'élimination du mauvais cholestérol.

La régularisation du transit intestinal.

La régénération des tissus et des fonctions perturbées en cas de monodiètes plus longues, dont l'efficacité est comparable à celle de véritables jeûnes.

Les bienfaits de la cure de raisin

La cure de raisins associe plaisir et purification. Comme dans un grand nettoyage d'automne, elle sollicite particulièrement les émonctoires, ces organes qui permettent l'évacuation des déchets : la peau, les reins, le foie, les intestins.

« Super forme, tonus extraordinaire, dynamisme, euphorie, bien-être », ces mots reviennent souvent à la bouche de ceux qui ont suivi cette cure. La grande majorité des personnes qui avant la cure se plaignaient de fatigue ont constaté une amélioration souvent spectaculaire de leur état; amélioration d'autant plus nette que la cure est plus longue. On note d'autres bénéfices :

le corps et l'esprit sont revitalisés, ce qui procure un dynamisme et une légèreté renouvelés ainsi qu'une plus grande clarté d'esprit;

la constipation et les autres troubles digestifs et intestinaux comme les coliques, les gaz, les ballonnements, les diarrhées et les lourdeurs d'estomac sont grandement améliorés pendant et après la cure ;

* Les insomnies diminuent et l'amélioration du sommeil se poursuit bien au-delà de la cure.
* Les problèmes de peau s'atténuent peu à peu, car la peau fait partie des quatre voies d'élimination avec les selles, les urines et la respiration; après la cure, la plupart des personnes acquièrent un teint resplendissant.
* La fatigue, la nervosité et l'irritabilité sont les désagréments les plus améliorés par la cure.
* Les petits problèmes comme les bourdonnements d'oreilles, le nez bouché, le mal de tête ou les yeux qui pleurent sont éliminés ou réduits.
* Les sens sont aiguisés : ainsi l'odorat et le goût, et parfois la vue et l'ouïe, se trouvent améliorés à l'issue de la cure; la saveur des aliments s'en trouve renforcée agréablement.
* Concernant la perte de poids, les personnes ayant un net excès de kilos avant la cure perdent en moyenne 3 kg par semaine; ensuite, cela dépend de la quantité de raisin consommée, de l'exercice physique pratiqué et du métabolisme de chacun.

Pratico-pratique

Pendant la cure, on ne consomme que du raisin tout au long de la journée, à raison d'un à deux kilos par jour, parfois trois. La cure peut se pratiquer d'un jour à plusieurs semaines. Le meilleur rythme est d'un « repas » toutes les deux ou trois heures.

Le choix du type de raisin est important. Idéalement, il sera biologique, car à se nourrir d'un seul aliment il doit être le plus sain possible. à défaut, il sera lavé très soigneusement dans plusieurs eaux.

Les variétés recommandées sont le chasselas (de couleur verte, nommé blanc en France) en raison de la finesse de sa peau et de sa teneur équilibrée en sucre, en alternance avec le muscat (vert ou bleu, nommé blanc ou noir en France). Les raisins à peau épaisse comme l'Italia sont déconseillés, tout comme l'Alphonse-Lavallée.

On veillera à ce que le raisin soit bien mûr. On avalera au moins une partie des peaux et des pépins dont les fibres facilitent le transit intestinal; par contre, si pendant la cure on a des ballonnements, il vaut mieux cesser de manger les peaux et les pépins pendant un certain temps.

On pourra aussi mâcher quelques pépins (surtout du raisin noir) riches en antioxydants, appelés OPC (oligomères procyanidoliques), qui contribuent à ralentir le vieillissement; mais on cessera aussi si cela provoque des aphtes ou des irritations dans la bouche. Dans tous les cas, chaque curiste doit suivre son instinct et être attentif aux réactions de son corps.

Il est recommandé de faire un lavement intestinal chaque jour durant la cure afin de faciliter l'élimination des raisins et des toxines libérées. Il permet de soulager les éventuels maux de tête. Ce lavement se pratique chez soi avec une poche à lavement achetée en pharmacie, dans laquelle on mettra de l'eau préalablement bouillie ou bien une décoction de camomille, qu'on aura laissée refroidir à température du corps. Se renseigner auprès de la pharmacie pour le mode d'emploi.

On peut aussi commencer la cure par une purge qui videra les intestins. Pour cela (si on n'a pas de problème de rein) on peut se procurer en pharmacie un sachet de 20 g de sulfate de magnésium que l'on dilue dans un bol d'eau tiède et que l'on boit à petites gorgées. On peut aussi stimuler la bile par trois cuillerées à soupe d'huile d'olive ajoutée au jus d'un demi-citron bio.

Vous pouvez aussi jeûner pendant les deux jours précédant la cure pour en accentuer l'effet, à condition de considérer cette expérience comme une aventure et non une corvée...

On peut continuer à travailler pendant la cure, mais il est souhaitable de s'adonner à des activités de loisir, de créativité ou de détente, qui permettent de profiter pleinement de ses effets bénéfiques.

Contre-indications

Les personnes atteintes d'un diabète insulinodépendant (diabète maigre) ne doivent pas suivre cette cure qui est trop riche en sucres rapides pour eux.

L'exercice physique

Notre organisme est conçu pour accomplir des efforts physiques, or notre vie sédentaire ne nous le permet plus de la même façon qu'à l'époque de nos grands-parents. Rappelons qu'une activité physique active la circulation sanguine, oxygène le corps, fortifie le cœur, les poumons et les muscles, et augmente l'amplitude de la respiration. C'est pourquoi, dans une recherche de santé authentique, il est agréable et intéressant, par exemple, de marcher beaucoup pendant la cure.

La reprise alimentaire

Comme pour un jeûne, il faut soigner la reprise alimentaire sous peine de perdre les effets de la cure et d'avoir éventuellement des ennuis : des maux de ventre, des accès de fièvre, des crises de foie... Cette reprise doit correspondre à environ la moitié de la durée de la cure.

Il faut commencer par introduire du végétal sous forme de fruits et de légumes crus ou cuits. Puis de petites quantités de céréales et de poisson à partir du troisième jour. Les autres protéines animales (si vous en consommez) seront réintroduites en dernier.

Comment agit le raisin

En réalité, le mode d'action du raisin demeure un peu une énigme. On peut noter son extraordinaire richesse en sucre (de 16 à 18 %), supérieure à celle de l'abricot, de la poire, de la pêche, de la pomme ou de la fraise. Mais cette cure ne provoque pas d'hyperglycémie ni d'anémie, au contraire, car le taux de ferritine (la mesure du niveau des réserves de fer de l'organisme) est plus élevé après la cure.

Comme la plupart des fruits, le raisin contient très peu de protéines et de matières grasses, mais il est riche en minéraux et en vitamines. Son secret provient peut-être de ses acides organiques, tanins, anthocyanes, flavones et autres. En fait, très peu de personnes ont cherché à comprendre pourquoi cette cure donne tant de résultats.